Casseneuil 47440, Lot et Garonne

logo
   
Vous êtes ici : Accueil /Notre commune / Histoire et Patrimoine / Les personnes célébres de la Commune

 

Frère Marie-Joseph Cassant  (1878-1903)

La vie de Joseph Cassant, né le 6 mars 1878, s’est déroulée en deux temps: seize ans au village natal et neuf ans au monastère. Une famille paisible à Casseneuil (Lot-et-Garonne), avec des parents arboriculteurs, Pierre et Anaïs, en bonne santé, honnêtes et courageux; un frère aîné, déjà âgé de neuf ans.
 À la maison, il grandit dans une ambiance de foi chrétienne, renforcée par l’influence de Marie et Philomène, deux sœurs du papa devenues religieuses,
dont le couvent se dresse à Casseneuil même. Dès l’enfance, il reçoit une formation et une instruction valables au pensionnat des Frères
de Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle, toujours à Casseneuil.

Une vie si discrète aurait dû sombrer dans l’oubli. Pourtant un petit livre, Deux fleurs du Désert, édité en 1926 par l’abbaye Sainte-Mariedu-Désert va le faire connaître et révéler son pouvoir d’intercession auprès de Dieu. Peu à peu, son influence rayonne à partir des monastères cisterciens trappistes disséminés dans le monde. Depuis 171903, plus de deux mille deux cents personnes, de trente pays différents et de toutes les classes de la société, ont témoigné de leur reconnaissance envers frère Marie-Joseph. Son intervention les a fait bénéficier de grâces diverses: conversions, réconciliations, guérisons ou améliorations notables de leur santé, succès dans les études, secours financiers inespérés, réconfort dans les incertitudes et les

angoisses…

L’Église a donc entrepris à son sujet de rigoureuses enquêtes. Le 9 juin 1984, le pape Jean-Paul II a proclamé l’héroïcité de ses vertus et, par le décret du 7 juillet 2003, a ouvert la voie à sa béatification.

JEAN ALBAN BERGONIE

Jean Alban Bergonié est né le 7 Octobre 1857 à Casseneuil , et décède le 20 Janvier 1925 à Bordeaux.

Son père se prénommait Pierre Bergonié (né le 7 octobre 1857), il était charpentier et calfat puis épicier. Sa mère, Elmonde Marthe Lamouroux (née en 1819) gérait un café. 

Docteur en médecine et professeur agrégé de physique médicale à l'âge de vingt six ans, il est un des pères fondateurs des centres anticancéreux.

Il s'est tout d'abord distingué dans le domaine de la recherche, notamment sur les rayons X et il pose les bases de l'irradiation des tumeurs malignes ( radiothérapie)

Il est aussi un précurseur dans la chirurgie de guerre s'interrogeant, dès 1898, sur l'intéret des rayons X pour localiser des projectiles et ainsi en faciliter l'extraction

Voyageur infatigable, il organise le Congrés égyptien de médecine en 1903

Dès 1905, il se préoccupe également de la protection contre les rayons X, mais n'en tient pas compte pour lui même

En 1906, il établit la loi de Bergonié et Tribondeau sur la corrélation entre la fragilité des cellules aux rayons X et leur activité reproductrice

En 1912 il doit être amputé d'un doigt de la main droite, atteint d'un cancer...

En 1914,sur le front, il sert dans les hopitaux militaires chirurgicaux de l'avant.

En 1922, il est amputé du bras droit, trop tard pour empêcher le développement de métastases pulmonaires qui l'emporteront en 1925.

Ce fut un chercheur éclectique qui, en plus des rayons X, s'occupe d'ergothérapie ( rééducation par le travail) des blessés de guerre, ainsi que du traitement de l'obésité

Il est également le promoteur de l'esperanto(langue universelle)... coureur cycliste et chasseur durant ses loisirs

Lors de la pose de la première pierre de la Fondation Bergonié, à Bordeaux( centre anti-cancéreux), à laquelle il assiste sur un brancard, Jean Alban Bergonié est élevé à la dignité de Grand Croix de la Légion d'Honneur avant de mourir 15 jours plus tard, le 20 janvier 1925. (source mariefb.pagesperso-orange.fr)